Politique

20 octobre 2015

Marjorie Navarro

Les Français en faveur de l’autoconservation d’ovocytes

Résumé

  • 71% des Françaises s’expriment en faveur de l’autoconservation d’ovocytes
  • Un tiers des 40-49 ans se dit contre l’autoconservation d’ovocytes en France
  • 75% des Français de CSP+ sont pour l’autoconservation d’ovocytes

Don d’ovocytes et autoconservation : avoir un enfant plus tard

Selon un décret d’application de la loi bioéthique de 2011 publié la semaine dernière, les femmes sans enfants peuvent faire don de leurs gamètes. Afin de les y inciter, le gouvernement prévoit à titre de rétribution de leur permettre d’en garder une partie pour elles et de les congeler. Ce qui constituerait la seule possibilité de conserver de ses propres ovocytes en France. Pour aller plus loin, mingle Trend a demandé aux Français s’il fallait rendre possible, au-delà du cadre du don, l’autoconservation d'ovocytes en France ?

La majorité des Français s’exprime en faveur de l’autoconservation d’ovocytes en France (71%). Les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes à se dire pour, soit 71% contre 69% des hommes. Les personnes âgées de 20 à 29 ans sont les plus nombreuses à souhaiter la possibilité en France de conserver ses propres ovocytes. Les personnes de 50 ans et plus étant également 70% à se positionner en faveur de l’autoconservation d’ovocytes. Plus nombreuses encore, les personnes issues de la catégorie socio-professionnelle supérieure sont 75% à déclarer que l’autoconservation d’ovocytes doit être rendue possible en France. Un avis que ne partagent pas un tiers des Français âgés de 40 à 49 ans. Peut-être s’expriment-ils en défaveur pour des raisons éthiques ou religieuses ?

La possibilité de conserver ses ovocytes à condition d’être donneuse s’apparente à du chantage selon le Collège National des Gynécologues et obstétriciens de France. Le gouvernement à travers cette mesure essaie cependant de résoudre le problème de pénurie de dons d’ovocytes en France. Le problème ne pourrait-il pas être résolu par d’autres moyens ? En effet, si un certain nombre des femmes avaient pu conserver leurs ovocytes étant plus jeunes, il y aurait selon les experts moins de demandes. Mais aussi, le don d’ovocytes est rémunéré dans d’autres pays tel que l’Espagne. La rémunération du don d’ovocytes ne permettrait-il pas d’augmenter le nombre de dons en France ?


Base du sondage

Type de public interrogé : population française à partir de 15 ans
Taille de l’échantillon : 1000 personnes choisies de façon représentative
Période de l’enquête : du 15.10.2015 au 19.10.2015
Méthode d’enquête : sondage en ligne, échantillon par quotas


Artikel-Tags


0 Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*



	

You might also be interested in


Back